Accéder directement au contenu

Autechre : Exai

Dirt Noze, le jeudi Mars 2013

En 2013, Exai, le dernier album d’Autechre nous prouve une fois de plus, après la sortie de l’excellent Oversteps en 2010, que décidément la musique du duo de Sheffield n’a pas pris une ride. Contrairement à celle d’autres piliers de l’IDM warpienne des années 90 comme Aphex Twin ou Squarepusher dont la musique parait aujourd’hui relativement datée et vieillote.

En 2013 donc, soit 20 ans exactement après la sortie de Incunabula, Autechre fait en quelque sorte toujours la même musique, une musique par les machines et pour les machines. Et cette musique, aujourd’hui, sonne toujours de manière aussi moderne et novatrice qu’en 1993.

La musique d’Autechre est une musique instable qui semble constamment au bord du déséquilibre, que ce soit au niveau des textures, des rythmiques ou des mélodies. Sans structure à première vue évidente et composée d’une multitude d’éléments disparates, elle peut sembler au premier abord trop abstraite, froide et mécanique.

Faites de blips, de bugs, de rythmiques malmenées et concassées, de nappes synthétiques et anorexiques, la musique de Rob Brown et Sean Booth parvient a toujours garder, chose difficile, un equilibre presque parfait entre expérimentation bruitiste et musicalité. Cette musicalité, loin de tomber dans la ritournelle facile, reste cependant aux limites de l’abstraction, uniquement constituée de lourds grincements, de petits glitches et de nappes à priori peu amènes.

C’est une musique qui met du temps à se donner complètement à l’auditeur. Il faut souvent plusieurs écoutes pour apprendre a apprécier chaque morceau et en comprendre les rouages. Petit à petit, chaque son, chaque grincement, semble prendre sa place dans un ensemble qui dévoile peu à peu sa logique et s’avère au final plutôt chaleureux et particulièrement sensible.

Exai, malgré sa longueur que certains déplorent, 2h30 en 2 cd ou 4 vinyls, est donc un évènement, tout comme chaque sortie du groupe, qui restera certainement, à l’heure des comptes, comme l’un des acteurs les plus importants de la scène électronique.