Accéder directement au contenu

Daniel Clowes, Le monde de Lloyd Llewellyn

Le Neuvième Monde, 2009, édition intégrale de luxe.

Yann, le dimanche Février 2011

De Daniel Clowes, on connait essentiellement Eightball et les albums qui ont suivi. Cette somme graphique lève le voile sur les débuts du célèbre auteur de comics américain.

Fraîchement diplômé du Pratt Institute de New York, Lloyd Llewellyn est le héros de la première histoire que Clowes ose envoyer à un éditeur dont il contribuera à faire les riches heures : Fantagraphics, qui a ses débuts éditait un magazine d’information sur la BD, The Comics Journal. Au milieu des années 80 commence à apparaître une véritable bande dessinée d’auteur américaine, qui vient concurrencer ces géants que sont DC et Marvel et leurs superhéros ridicules. La riche idée de Fantagraphics sera de consacrer de petits volumes à un auteur, qui seront par la suite collationnés et distribués sous forme d’albums hardcover. En plus des aventures foutraques de Lloyd, ce qui fait la valeur ajoutée de cette édition est une introduction de Clowes himself, dans lesquelles il commente avec humour chaque histoire, détaillant les élément de la pop culture des années 40, 50 et 60 qui l’ont inspiré. Ainsi retrouve t’on le romancier Mickey Spillane, Lee Hazlewood, Esquerita (le chanteur et pianiste de Harlem), et milles autres choses. Au fil de la lecture des aventures du héros miteux, on voit le style graphique évoluer : chose surprenante, Clowes évoque l’influence du dessinateur français Serge Clerc, ayant oeuvré dans les pages de Métal hurlant, et de ses héros comme Sam Bronx, mélangeant ligne clair et revival art déco typique des années 80. Vers la fin de l’album, le style Clowes, que l’on retrouve par exemple dans Like a Velvet Glove Cast in Iron, s’affirme.

Portfolio