Accéder directement au contenu

Green Fire

cigarettes, gorgées de whisky et caisse de munitions

Theodora T. Calavera, le vendredi Juillet 2016

« Baltimore Oriole, took one look at the mercury,
Forty Below - No life for a lady to be dragging her feathers in the snow. »

Baltimore Oriole comme incipit sensuel d’une descente aux enfers en 9 titres ; bop hardboiled, afro-soul fiévreuse, psychédélisme primitif. Bande-son imaginaire d’un film noir exotique jamais tourné. Montage fantasmatique de flashs et d’images mentales : Aldrich aux Antilles, Huston au Panama, Welles en Afrique. Sale histoire d’un mercenaire acteur et témoin de l’effondrement d’un monde.

On voit Bogart ou John Garfield, héros tragique dans l’ombre moite de coups d’État, enchaînant cigarettes et gorgées de whisky assis sur une caisse de munitions à l’arrière d’un avion-cargo. Le symbole vacillant d’une civilisation terrifiée par l’atome et malmenée par la mystique inébranlable de la Révolution.

Nora Dean, prêtresse vaudou aux paupières tatouées, feule « suddenly you come to thrill my soul » dans un palais tropical dévasté. Ailleurs, Sun Ra transmet ses messages cryptiques au vaisseau-mère. Mathématiques du diable et balles de revolver en or. Géopolitique brulée à la pointe d’une cigarette sur un planisphère. A touch of evil.


Liste des titres

  1. Baltimore Oriole - Lorez Alexandria
  2. Quiet Village - Martin Denny
  3. Taboo - Yusef Lateef
  4. Angie La La - Nora Dean
  5. Bilbao Song - The Gil Evans Orchestra
  6. Ancient Aiethopia - Sun Ra
  7. A Night In Tunisia - Art Blakey
  8. Gbogbo Omo Ibile (Going Home) - Solomon Ilori
  9. Maria Quiet - Astrud Gilberto