Accéder directement au contenu

Jerk Culture

Une tendance westcoast émergente

Yann, le jeudi Mars 2011

Pour faire écho au post de DrNoze sur le Footwork de Chicago, intéressons-nous à un style né à Los Angeles d’abord caractérisé par un type de danse.

Mise au point : le Jerk n’a rien à voir avec le tube du chanteur français Thierry Hazard "Le jerk" (1990). D’après l’article Wikipedia américain consacré au phénomène, le Jerk ou Jerkin’ (de l’anglais "to jerk", secouer) est né à Los Angeles en 2009, et se compose de pas de danse codifiés comme le reject, le dip et le pindrop. Au niveau du look, jeans slim colorés, couleurs flashy et accessoires excentriques sont de mise. La Jerk Culture puise à de multiples sources dont en priorité le hip-hop, mais aussi le skateboard (autrefois considéré comme une activité pour blanc, les Jerks, en majorité afro-américains, se sont mis au skate), le style "ethnique" (piercings). Le nom Jerk tire son origine du single des New Boyz "You’re a Jerk", mais également de "Teach Me How to Jerk" de Audiopush. Le groupe Rej3ctz, signé par Arista, est le premier groupe considéré comme authentiquement Jerk. Comme tout style apparu spontanément dans la rue, les labels sont activement à la recherche de nouvelles formations aptes à contribuer au merchandizing du Jerkin’, qui gagne peu à peu la côte est étasunienne.

Til my legs get tired

Un documentaire de The Drone sur le Jerk.

Documentaire sur le Jerk sur the-drone.com