Accéder directement au contenu

Pharoah Sanders - Thembi

Dirt Noze, le mardi Février 2012

Pharoah Sanders, né Farrell Sanders, est un saxophoniste ténor et multi-instrumentiste, qui participa, au cours des années 60 à l’élaboration du New Thing, ce nouveau truc qu’on appelera plus tard Free-Jazz (en référence à l’album éponyme de Albert Ayler). Très versatile, Pharoah Sanders est capable de nous réchauffer avec ses "douceurs orientales" mais aussi de sortir les sons les plus crus et violents de son instrument.

Au début des 60’s il se produit avec le Sun Ra Arkestra, où il reçoit le surnom de Pharoah. Puis en 1965 il se rapproche de John Coltrane avec lequel il jouera à plusieurs reprises, notamment sur ses oeuvres les plus free, comme par exemple le mystique et furieux Om. À cette période, le travail de Coltrane, autant artistique que politique et spirituel, est incompris par le public, qui après l’avoir encensé, fuit ses concerts, mais aussi par la critique, qui le descend purement et simplement. Une période difficile, mais également hautement créative, qui influencera fortement le travail de Sanders par la suite.

À la mort de Trane, il jouera avec Alice Coltrane ou Don Cherry mais il développera surtout son propre projet. Dans les pas de Coltrane, Sanders élaborera dans ses albums Tauhid, Karma ou Thembi, un Free-Jazz spirituel basé sur des archétypes de rythmes africains agrémenté de techniques orientales. Pharoah Sanders est ainsi considéré comme étant à l’origine de ce qu’on appellera "Nubian Space Jazz" ou Ethno-Jazz.

En 1971 il sort donc l’album Thembi, terriblement 70’s. Pharoah Sanders y délivre un Free-Jazz accessible, lyrique et flamboyant, chargé de soleil, d’espoir et de colère.