Accéder directement au contenu

Musique

RP Boo : Fingers, Bank Pads & Shoe Prints

Footwork refinery

Dirt Noze, le 25 novembre 2015

RP Boo a sorti cette année un deuxième album chez Planet Mu, l’occasion idéale pour se re-plonger dans sa musique si rêche, et pourtant chaleureuse.

La musique de RP Boo, Kavain Space dans le civil, n’est pas séduisante. Elle n’a clairement pas le panache ni le groove ultra efficace et directement assimilable que pouvait avoir le regretté DJ Rashad, ou que perpétuent DJ Spinn ou Traxman, pour les vétérans, ou encore DJ Taye pour la nouvelle génération.

On attribut a RP Boo la paternité de ce sous-genre, sautillant et claudiquant, de la juke music de Chicago. Le footwork et la juke sont tout deux les deux faces d’une même pièce. On a coutume de dire que la juke est conçue pour faire bouger les culs, quand le rôle du footwork, lui, est de faire faire bouger les pieds. Autour de l’année 2000, les danseurs avaient pris l’habitude de faire des concours de passes de jeux de jambes (footwork) dans le fonds des clubs. Lui-même autant danseur que producteur de juke, Kavain Space commence à cette époque a tripoter les samples pour casser les rythmiques traditionnelles de la juke et de la ghetto house, dans le but de les rendre plus surprenantes et excitantes pour les danseurs. Le footwork était né. Planet Mu a d’ailleurs édité cette année un EP, sous le titre Classics Vol. 1, qui présentait ces premiers morceaux à la limite de l’expérimentation et qui ont acquis un statut "culte".

Depuis RP Boo amélioré la recette mais est toujours resté fidèle à sa musique, rèche et technique. Même quand Rashad et ses compères du collectif Teklife ont emmené le footwork vers un public plus large en l’adoucissant, et en le saupoudrant de douceurs soul et funk, Boo, en bon artisan un peu buté, est resté sur sa ligne. La ligne dure.

Fingers, Bank Pads & Shoe Prints

JPEG

Fingers, Bank Pads & Shoe Prints, à l’instar de Legacy, son précédent opus chez Planet Mu, est plus une compilation de morceaux composés ces dix dernières années. La sélection est cette fois-ci plus resserrée, et encore plus pointue que lors de son premier projet. Cet album est très bien résumé par l’histoire que nous raconte son titre : D’un côté, il y a des doigts qui pianotent à toute vitesse sur des pads de MPC, et, à l’autre bout de la chaine, il y a des chaussures qui sautillent et virevoltent à la vitesse de l’éclair sur les sols en lino. Quand la session a été bien folle, et que les danseurs se sont donnés à fond, le frottement des chaussures laissent sur le lino des traces noires. Ces traces, RP Boo, les considère comme le meilleurs des remerciements de la part des danseurs.

I use my fingers to press on bank pads of the drum machine, and then I see people just enjoying their time on a dance floor, and it was done. What do I see as a "thanks" for coming and having a great time and the "thank you" we leave behind ? Shoe prints : evidence of a groovy time on the floor. Fingers, Bank Pads & Shoe Prints !

— RP Boo @ Complex

Non, la musique de Kavain Space n’est, en effet, pas très séduisante, au premier abord en tout cas. Il faudra probablement que le béotien se fasse un minimum violence pour entrer dans ses boucles sèches et ses samples vocaux répétitifs. Mais, comme dans d’autres domaines, les musiques qui ne se donnent pas facilement sont peut-être celles qui provoquent le plus plaisir sur le long terme. Et sous peu, l’auditeur curieux, une fois habitué au language de Boo, ne pourra qu’être pris par la magie hypnotique de ces rythmiques atypiques.

Si Kavain parait ne penser qu’aux danseurs lors de la création de ses morceaux à l’allure très scientifique et technologique, il n’est cependant pas nécessaire d’être un athlète du jeux de jambe pour pouvoir en apprécier la musique à sa juste valeur. Comme dit plus haut, RP Boo se pose en artisan méticuleux, et s’il concocte des beats aux effets hypnotiques, avec le même sérieux et la même dévotion que Walter White, le chimiste de Breaking Bad, met dans la composition de sa méthamphétamine, vous ne devriez pas ressentir les effets négatifs de cette dernière. Les centaines de micro-breaks et autres contre-temps enlacés dans des boucles légèrement décalées, en agissant directement sur vos synapses, devraient rapidement augmenter, pour votre plus grand plaisir, votre taux d’endorphines et de Midi-chlorien.

Du bonheur à l’état pur.