Accéder directement au contenu

Saint Etienne, Foxbase Alpha, Heavenly, 1991

L’Angleterre du Second Summer of Love

Yann, le jeudi Janvier 2013

Pour bon nombre d’entre nous, les "nineties" sont évocatrices de bons souvenirs musicaux, et elles feront très bientôt l’objet d’une redécouverte, au même titre qu’actuellement les années 1980. Dans la famille des trucs plutôt géniaux à côté desquels j’ai pu passer et que je découvre aujourd’hui, je demande : Saint Etienne. Et particulièrement Foxbase Alpha, parce qu’une vieille croyance tenace me fait penser que c’est sur leur premier disque que les groupes donnent le meilleur…

JPEG

Foxbase Alpha de Saint Etienne, c’est tout un contexte. L’ambient house de The Orb fait en Angleterre un carton, les rave parties se multiplient (l’été de l’année 1989 sera baptisée "Second Summer of Love", en référence à celui de 1967 à San Francisco), l’ecstasy se gobe comme des bombecs. Le Not Forgotten de Paul Daley et Neil Barnes de Leftfield sort en 1990 (il faudra attendre 1995 pour entendre leur légendaire Leftism), Worldwide d’Everything But The Girl sort en 1991. Saint Etienne est l’oeuvre de deux anciens journalistes musicaux, Bob Stanley et Pete Wiggs, auxquels viennent se joindre sur Foxbase Alpha les chanteuses Moira Lambert (qui chante sur l’inusable premier morceau "Only Love Can Break Your Heart", single accompagné d’un clip au côté DIY tout à fait rafraîchissant !), Donna Savage, et la craquante Sarah Cracknell, qui sera par la suite retenue comme vocaliste de service pour apporter un peu de moiteur tiède à l’indie house du groupe. La house entraînante de Foxbase Alpha, matinée de sonorités franchement sixties (on pense immanquablement à Stereolab…) vous donnera envie d’aller faire rougir vos peaux blêmes sous le soleil pâle des plages de l’île de Wight et, pourquoi pas, de vous inscrire à un stage de planche à voile.

Site officiel du groupe