Accéder directement au contenu

Scotty Hard : The Return of Kill Dog E

Dirt Noze, le mardi Novembre 2010

À la fin des 90’s le label de dub futuriste new-yorkais, Wordsound Records, défrichait un hip-hop d’avant-garde crasseux et prometteur [1] loin des sirènes de l’argent facile. Dirigé par le sombre producteur Spectre (alias S. H. Fernando Jr, alias Skiz Fernando), également auteur de The New Beats, un des meilleurs livres sur le hip-hop [2], le label de la Ill School a toujours cherché à promouvoir des productions originales, lo-fi, sales et boiteuses.

De son coté, Scotty Hard, c’est l’homme de l’ombre du hip-hop new-yorkais. Depuis sa cabine d’enregistrement, il a façonné le son de nombreux albums qui en ont fait son Histoire. Producteur et mixeur pour des groupes comme De La Soul, Wu Tang Clan, Ultramagnetics MC’s, Gravediggaz, Black Sheep ou BDP, le bonhomme sort son premier album perso sur le label de Spectre en 1999.

Tel un savant fou dans son laboratoire, Scotty Hard enfante alors d’un monstre.

Étrange album concept au son dub hip-hop slo-mo lo-fi déglingué et mélange de plein de vieilles choses poussiéreuses, The Return of Kill Dog E sent le grenier et à droit à la fine fleur du label pour se passer le mic : les raps maladifs de Sensational, High Priest, M. Sayyid, Sebstop et Mr Dead se succèdent sur les instrus cabossées, mais pleines de surprises, du maître des lieux.

À écouter bourré au volant avant de se prendre un arbre.

Lurking in the Shadows :

Days and Nights of Wine and Roses :



[1C’est Wordsound qui sortit les premiers maxis de Antipop Consortium.

[2Traduit en français chez Kargo, à lire absolument !!!!