Accéder directement au contenu

Art

Toshio Saeki

Dirt Noze, le mardi Juillet 2012

Pour ses estampes érotiques, sanglantes et pleines d’humour, l’illustrateur japonais Toshio Saeki n’hésite pas à convier le bestiaire yokai, issu de l’imaginaire traditionnel nippon, pour agrémenter des scénettes où le voyeurisme, le sadisme et le bondage font bon ménage. Dans ses illustrations le plaisir ne se laisse prendre que par des voies détournées, à l’aide de petites blessures, de frétillantes anguilles, de solides cordages, d’agiles aiguillettes ou de poulpes caressants. Il se savour par procuration au travers des cadres des fenêtres, des portes coulissantes ou encore grâce à de petites ouvertures dans le plafond. Dans le petit monde merveilleux de Toshio Saeki, les humains s’accouplent volontier avec des fantômes, squelettes, vampires, tengû (aux longs nez si pratiques) ou autres monstres plus ou moins traditionnels, dans des compositions colorées et précises à la ligne très "claire" qui peut parfois faire penser (outre le lien de parenté évident avec les estampes ukiyo-e) à Hergé.

Malgré le caractère sanguinolent de certaines de ses images, Toshio Saeki n’est qu’amour et son travail jamais sinistre, il y est toujours question de plaisir et on peut percevoir une vrai complicité chez tous les participants (humains ou non) de ses fantastiques orgies.

JPEG - 132.5 ko

Portfolio