Accéder directement au contenu

Naya’s Quest

Dirt Noze, le mardi Septembre 2013

Naya’s Quest est un superbe puzzle game déguisé en plateformer, qui joue avec les défauts de la perspective isométrique. Dans le dernier jeu de Terry Cavanagh (le type qui a fait VVVVVV) on se retrouve un peu perdu dans des espaces qu’on a du mal à interpréter et qu’il faudra pourtant décrypter afin de passer aux niveaux suivants, sans tomber dans le vide.

En effet, la perspective isométrique, cette technique de représentation de l’espace sans point de fuite, a la particularité de présenter un objet aux même dimensions, qu’il soit proche de l’observateur, ou qu’il en soit éloigné. En permettant de déplacer les éléments graphiques (sprites) sans en changer la taille, cette technique offre la possibilité de représenter des univers riches en utilisant peu de ressource. Ainsi ce mode de représentation de l’espace eu ses heures de gloires sur les consoles 8 et 16 bits.

Pour s’y retrouver dans ces environnements complexes, on utilisera notre "scanner", une sorte de pouvoir nous permettant d’isoler les plateformes se trouvant dans notre axe et de leur matérialiser une ombre portée qui nous permettra de juger de leur hauteurs respectives, et, ainsi, trouver le chemin de la sortie.

Plus on avance dans les niveaux et plus le gameplay de diversifie tout en approfondissant le concept de base. Ainsi, les derniers tableaux du jeu (plutôt court) proposent chacun une nouvelle approche et nouveau type de gameplay. On y retrouvera par exemple, le principe de l’inversion gravitationnel qui faisait toute la particularité de VVVVVV.

Si ces énigmes visuelles font penser inévitablement aux gravures d’Escher et à leur perspectives fantastiques, ce n’est qu’en apparence puisqu’il n’est jamais question ici de compositions absurdes ou impossible, mais uniquement de jouer intelligemment avec les manques de la 3D isométrique.

Naya’s Quest est tout simplement brillantissime, très beau, grisant et ça se joue gratos, dans le navigateur, par ici :

- Le site de Terry Cavanagh