Accéder directement au contenu

The Cry of Jazz - Edward Bland

Dirt Noze, le mardi Mars 2011

Réalisé en 1959, avec un budget presque nul, le film de Edward Bland [1], The Cry of Jazz est un documentaire aux relents de manifeste dont la forme s’inspire des cinémas d’avant-garde de son époque [2]. Tourné maladroitement en 16mm noir et blanc, on y sent notamment la forte influence du Shadows de John Cassavetes sorti l’année précédente.

Entrecoupés de prises de vue réelles des rues des quartiers noirs de Chicago, de sessions live du Sun Ra Arkestra [3], et de scènes joués nous présentant une discussion animée lors d’une soirée "multiraciale" [4], Ed Bland nous expose sa thèse, apparemment directement tirée de son bouquin The Fruits of the Death of Jazz, selon laquelle le jazz, intimement lié à la souffrance du peuple noir, serait mort.

Ses propos pourraient sembler présenter une vision restrictive du jazz et ont été à l’époque taxés de racisme, mais ils présentent extrêmement bien l’importance du jazz dans la culture afro-américaine et dans les tensions raciales et politiques de l’époque.

Une chose est sûr, The Cry of Jazz est un acte jazz majeur et une pièce importante de l’histoire du cinéma afro-américain.

Voir le film (34mn) (in english)

- Vous pouvez également voir et télécharger le film sur UbuWeb
- Lire une interview de Ed Bland sur son film



[1The Cry of Jazz est l’unique film de Ed Bland, surtout connu, à l’époque, comme compositeur et essayiste.

[2Le film de Edward Bland sera adoubé par Jonas Mekas.

[3Avant que celui-ci ne se radicalise. Il est interressant d’ailleurs de constater que le film de Ed Bland précède de peu la révolution free que vivra le jazz au cours de la décennie suivante.

[4Comme on disait alors...