Accéder directement au contenu

Musique

Young Thug 1017 Thug

Envolées stratosphériques et refrains martiens

Dirt Noze, le 8 janvier 2014

C’est vrai que Young Thug porte un nom plutôt générique et indolore dans le trap game de 2013. Et si le titre de sa dernière mixtape, 1017 Thug, est tout aussi transparent ne vous y trompez pas pour autant : Ce projet est certainement, en matière de rap, l’un des plus excitants du moment.

Le 1017 Brick Squad, le label de Gucci Mane, a été très productif en 2013. Il a marqué l’année de la musique rap en nous livrant, avec les dizaines de mixtapes de son boss (Trap God 2), le Street Lottery de Young Scooter, et le 1017 Thug de Young Thug, quelques uns des projets les plus marquants de l’année passée. On retrouve d’ailleurs souvent le trio, aux côtés de Starlito et de Gunplay, dans les tops de fin d’année des personnes de "bon goût".

Avec son flow à moitié chanté, parsemé de feulements gutturaux et autres hurlements sur-aiguës au bord de l’hystérie, le jeune voyou propose certainement le hip-hop le plus fou et novateur du moment. Ce qui est intéressant avec lui, c’est que tout en proposant un rap plutôt expérimental dans sa forme, ses morceaux n’en restent pas moins ultra fun et jouissifs, avec des refrains martiens mais entrainants, et des ritournelles étranges et pourtant sacrément entêtantes.

Young Thug, avec son style particulier, a souvent été comparé à Future, pour son rap chanté, ses mélodies décalées et une utilisation très particulière de l’autotune, à Lil B, pour sa liberté de ton et son sens de l’absurde, ou encore à Lil Wayne pour ses délires extra terrestre. Le jeune rappeur d’Atlanta assume assez bien la continuité et pousse même tous les potards à fond. Et si on osait remonter plus loin on pourrait presque dire qu’il est le meilleur représentant actuel d’une certaine vision du hip-hop, débridée et délirante, portée en leur temps par des artistes comme Rammellzee et Kool Keith. On retrouve également dans ses délires gutturaux et ses mélodies cabossées, teintées de toxicomanie, une certaine esthétique de la déglingue propre au Old Dirty Bastard de Return to the 36 Chambers : The Dirty Version.

1017 Thug, dont le titre ne semble là que pour affirmer sa récente intromission au sein de "l’esquadron des briques de coke", distille bombes atomiques et déflagrations psychédéliques avec un sentiment de "lâché prise" tout simplement jouissif. La mixtape semble avoir été enregistrée en totale improvisation et sous l’influence évidente de tout un tas de drogues certainement très toxiques. Les paroles de ses chansons ne sont d’ailleurs bien souvent qu’hymnes à celles-ci, comme l’excellent 2 cups stuffed qui rend hommage au sirop codeïné mélangé à du soda. Pourtant derrière les délires, tout, du flow spacial au chant cabossé, semble être parfaitement ciselé et maitrisé.

- Télécharger 1017 Thug


En 2013 Young Thug a multiplié les apparitions et collaborations, on notera l’intriguant Danny Glover (avec 808 Mafia), le très planant Stoner (avec Dun Deal) ou encore l’excellentissime Can’t See Em (avec Metro Boomin), peut-être le meilleur morceau de rap de l’annee 2013.

Ainsi pour compléter 1017 Thug, et vous éviter de vous lancer dans une longue pêche aux tracks, un membre du forum de Fake For Real nous a concocté une très bonne compilation, Beauty Is In The Eye Of The Beholder, (pour le moment en 3 volumes disponibles par ici : Vol. 1, Vol. 2 et Vol. 3) réunissant les meilleurs morceaux de Thugger sortis par ailleurs (en single ou sur sa série de mixtapes I Came From Nothing), ainsi qu’une flopée de collaborations. Le premier volume est indispensable et tournera en boucle dans ton casque, les suivants font plus que le job.

Avec un intérêt pour le bonhomme qui a bien monté tout au long de l’année 2013, on parierait bien que 2014 sera très certainement l’année où Young Thug explosera. En tout cas ça a l’air bien parti.

Photographies Cam Kirk