Accéder directement au contenu

Bilan 2014 : Rock & electro

Selon Silvan

Silvan, le lundi Janvier 2015

L’année 2014 terminée, Silvan fait le point sur les albums qui ont retenu son attention. Pas de grande surprise et pas de grosse pépite mais quelques chouettes albums quand même.

Je suis certainement passé à côté de beaucoup de très belles choses cette année et j’espère pouvoir me rattrapper en 2015. Mais dans l’ensemble, j’ai eu l’impression de voir passer des albums plutôt médiocres, peu ambitieux ou bien sans trop de vie. Pour cette raison, cette liste n’est pas une liste de “must have” et pas vraiment un top. C’est plutôt une liste de ce que je veux retenir de cette année et de ce que je réécouterai probablement. Il n’y a sûrement aucun chef-d’œuvre mais il y a toujours quelque chose à se mettre sous la dent.


- Clark – Clark

C’est un album dense et vraiment intense dont on parlait ici. À la fois froid, brutal, et plein d’honnêteté. Probablement l’un de mes coups de cœur de l’année.


- Dorian Concept – Joined Ends

Un bon album qui fait plaisir. Pas flamboyant d’originalité mais les mélodies sont hyper efficaces et ça m’a fait danser.


- Flying Lotus – You’re Dead

Celui-ci est vraiment cool avec un format curieux (plein de morceaux courts qui s’articulent très bien). Je ne l’ai pas trouvé exceptionnel car j’ai tendance à être vite écœuré à l’écoute de Fly Lo, mais j’ai beaucoup aimé le fait qu’il se rapproche doucement du free jazz. Même les tubes sont vraiment bons (“Never Catch Me Now” ft. Kendrick Lamar par exemple. En plus, le clip est vraiment super).


- Tigran Hamasyan – Mockroot

Je triche un peu pour celui-ci car il n’est pas encore sorti (annoncé pour février 2015). mais je ne résiste pas car son précédent album était excellent et celui-ci s’annonce super audacieux (et non moins excellent compte tenu des deux titres parus). Pour ceux qui ne connaissent pas du tout le personnage, allez voir ça de toute urgence.


- Tim Hecker – Virgins

Bon, pareil pour Virgins. Il date de fin 2013 mais je ne l’ai découvert que cette année et j’ai pris une grosse claque. C’est d’une puissance rare pour de l’ambient. C’est très très fin et très beau. Parfois évident, parfois très frustrant car il faut presque deviner ce qui se passe entre toutes les voix superposées. Certains thèmes sont même développés en arrière-plan, à peine audibles dans la masse et très clairs dans une écoute distante. À écouter sur le plus de systèmes d’écoute possible ! Je pense qu’on y découvre des détails à chaque fois.


- Jon Hopkins – Asleep Versions

Un superbe EP. Il est relativement mineur car les morceaux ne sont que des variations de son dernier album Immunity mais il est quand même très beau, très bien assemblé et on a hâte de voir ce qu’il nous réserve pour la suite.


- Mehliana – Taming the Dragon en live

Taming the Dragon, le premier album de Brad Mehldau et Mark Guiliana est hyper kitch et on a juste envie de dire à Mehldau de ranger ses synthés car c’est moche. C’est même épuisant principalement à cause de ça à vrai dire. Pourquoi je le retiens alors ?
En fait c’est très déroutant car je trouve le duo excellent malgré ces choix esthétiques qui me dépassent complètement. En offrant des nouvelles banques de sons à Brad Mehldau cet album serait super intéressant car les compos sont souvent vraiment chouettes et ils sont techniquement impressionnants . Tout l’intérêt se fait en live en fait car on oublie très vite les sons à la Jean-Michel Jarre et on prend une belle claque.


- The Notwist – Close to the Glass

J’aime beaucoup la richesse et la variété de cet album. On est très souvent surpris dans le choix des sons et par les compos en général. Par contre gros bémol sur les parties de voix qui varient bien trop peu par rapport aux instrumentaux (à mon goût).


- Run the Jewels – Run the Jewels 2

Je ne suis pas un grand connaisseur de hip-hop mais je trouve cet album mortel. Tous les morceaux sont pleins de bonnes idées, c’est bien produit, efficace et ça sonne carrément.


- Thom Yorke – Tomorrow’s Modern Boxes

Suivi par un single paru le 26 décembre.
Ça n’est pas un grand album mais il a une certaine saveur qui me plaît, entre la contemplation et l’amertume. Ça sonne un peu comme un retour chez soi en fin de soirée, après une dernière heure de mix pénible en club. On se demande un peu pourquoi on est resté jusqu’au bout ; partagé entre le plaisir de quelques bons moments passés et le regret d’être venu.