Accéder directement au contenu

Musique

Bilan mi 2015 : Trap & rap music

Selon DirtNoze

Dirt Noze, le 1er août 2015

Petit retour de mi-parcours pour revenir sur les sorties qui auront marqué ce début d’année 2015, selon DirtNoze.

Post Trap

- Young Thug - Barter 6

La sortie de Barter 6 a été portée par un buzz de mauvais gout, sous forme de faux/vrai clash entre Young Thug et Lil Wayne. Cette sortie était très attendu et en a déçu certains. Il est vrai que le projet peut paraitre décevant par certains aspects. Ce n’est effectivement pas l’album tant attendu qui fera exploser Young Thug auprès du grand publique. C’est certainement la raison pour laquelle l’équipe de Thugger l’a déclassé au dernier moment pour finalement n’en faire qu’une mixtape payante.

De son homogénéité excessive, aucun morceau ne se dégage vraiment et on n’y trouvera pas de véritable tube qui pourrait le propulser en radio. Mais Barter 6 est un petit chef-d’oeuvre discret, un joyaux intime qui se dévoilera petit à petit et qui saura se rendre indispensable au fil des écoutes.

Si Barter 6 n’a pas de hits (hormis peut-être Check, mais sorti précédemment en single) ce n’est pas un problème, c’est un tout très cohérent que l’on se doit d’écouter du début à la fin, sans interruption, à l’ancienne.


- Skooly - Blacc Jon Gotti

Certains prétendent que Young Thug se serait très largement inspiré de Skooly, tout au moins le nouveau Young Thug, celui plus apaisé et mélodieux, de l’ère Cash Money et de sa collaboration régulière avec le producteur London On The Track (ancien producteur de Skooly). Même si leur voix, très différentes, divergent sur de nombreux points, il est cependant certain qu’il y a une véritable parenté entre les deux artistes, qui avaient d’ailleurs sorti ensemble l’excellent single Every Morning en 2014.

Skooly, ancien membre des Rich Kidz, signe avec Blacc Jon Gotti un premier projet solo de qualité qui pourrait presque faire de l’ombre à Barter 6.


- Ty Money - Cinco De Money

Originaire de Chicago, Ty Money propose avec Cinco De Money un projet de haut niveau qui allie parfaitement un rap porté sur l’écriture, avec un flow très moderne, qui tape bien et navigue dans les même eaux que Migos ou Young Thug. Soit le meilleur des deux mondes pour petit bijou qui, on l’espère, ne passera pas trop inaperçu.


- Bricc Baby Shitro - Nasty Dealer

Bricc Baby Shitro, anciennement MPA Shitro, nous propose avec Nasty Dealer un projet de haute volée à la pochette incroyable. Son rap très maitrisé et versatile, fait feu de tout bois sur des instrumentaux venant pour une part de producteurs de trap réputés, comme Metro Boomin, mais également de producteurs issus de la scène électro française comme Brodinski ou Sam Tiba (Club Cheval). Lire la chronique.


- Future - 56 Nights

Après l’excellent Monster, chapeauté par Metro Boomin et Beast Mode concocté par Zaytoven, le rappeur écorché termine avec 56 Nights sa trilogie de mixtapes de la saison 2014/2015. Une trilogie pour préparer le terrain avant la sortie du très attendu Dirty Sprite 2. Entièrement produite par Southside, 56 Nights tient son nom du nombre de jours que son DJ (DJ Esco) aurait passé à l’ombre des prisons de Dubai, lors d’une tournée de Future à l’automne 2014. Exit les gros bangers et les refrains incroyables, Future à épuré sa formule jusqu’à l’os. 56 Nights est un projet intoxiqué, sombre et personnel, qui préfigure très bien ce à quoi ressemblera Dirty Sprite 2.


Post Boom Bap

- Dr. Yen Lo (Ka & Preservation) - Days With Dr. Yen Lo

Ka, le rappeur de Brooklyn qui avait raté les années 1990, en a profité pour murir bien tranquillement. Il arrive aujourd’hui, accompagné du producteur Preservation, avec un projet du nom de Days With Dr. Yen Lo. Avec son titre tiré du nom de l’étrange docteur du film The Manchurian Candidate (mais aussi du livre), le projet tourne autour du concept du lavage de cerveau. Le flow, très calme et chaleureux, de Ka raconte les rues de Brooklyn et se marie à merveilles avec les instrumentations inquiétantes et bourrées de samples psychédéliques, tirés des années 1970, concoctées par Preservation.
Lire l’excellent article de PureBakingSoda.


Post RnB

- Tory Lanez - Cruel Intentions

Le chanteur de Toronto a fait un détour par Los Angeles pour y enregistrer Cruel Intentions, un court E.P., avec les membres du collectif électro WEDIDIT. L’alliance entre son flow futuriste, à ranger du côté de Young Thug, et les instrumentations électroniques de Shlohmo et de ses amis, fonctionne à merveille.


Post rap français

- Riski (Metek) - Matière noire (Le chemin des choses brilliantes)

Riski, le fils de Metek poursuit, avec les cinq titres de Matière noire, l’oeuvre du père. Notamment celle qu’il avait entamée sur son précédent album intitulé Riski. Une oeuvre faite d’une énergie folle, d’amours toxiques, de sueur et d’alcool, de blessures, de stupéfiants, de rêves et d’espoir. Les cinq titres de Matière noire, du rap à la soul, en passant par la chanson française, expriment parfaitement la versatilité de l’artiste. Il a également sorti depuis, Junkie, un titre très remarqué sur la compilation Boulangerie Française de DJ Weedim.
- Un entretien avec Riski à lire.


- PNL - Que la famille

Le duo originaire du tarte-zoo, a la "trap triste" et sensible. Ademo et N.O.S. chantent le blues de la bicrave sous autotune sur des instrus cloud trap discrètes. Un univers cohérent se construit de morceau en morceau, porté par des arrangements vocaux, des mélodies addictives et des images justes faisant ricochet de titre en titre.
Lire la chronique.


- Jorrdee - La Nuit avant le jour

On a découvert Jorrdee avec l’excellent morceau Laisse pas rentrer les démons sur la mixtape de DJ Weedim. Pourtant, avant ça Jorrdee avait sorti en février 2015, avec La Nuit avant le jour, une très très bonne mixtape. Tout, dans ce projet, a été produit par Jorrdee, et le jeune lyonnais distille dans sa musique très personnelle des influences codéinées, venant du rap du sud des États-Unis, de Houston à Memphis, mais aussi de la chanson française.


Hors compétition

- Future - Dirty Sprite 2

Sorti fin juillet, le dernier album de Future ne devrait logiquement pas se trouver ici. Cet article ayant mis plus de temps de que prévu à se réaliser, et le dernier album de Future ayant tellement tourné par ici, qu’on ne pouvait pas ne pas en parler.

Dirty Sprite 2, qui se pose en sequel de la mixtape qui l’a rendu célèbre, est un retour au source, après un précédent album jugé par beaucoup comme moyen et déséquilibré, le cul entre la chaise de la pop et celle de la rue. Pendant un an et avec l’aide de trois mixtapes, Future s’est acharné a renouer avec la rue. Monster, Beast Mode et 56 Nights prépareront le terrain de Dirty Sprite 2. On retrouvera les mêmes producteurs, Metro Boomin, Southside et Zaytoven, compagnons de route de longue date du rappeur, aux manettes de DS2. Un album sec et sans concession, qui sera rapidement un gros succès commercial, sans aucune publicité, hormis quelques tweets.


À écouter également :

- Black Kray - Thug Angel , une excellente mixtape de weirdo pour un rappeur à part, qui possède une vraie personnalité. Si Chief Keef avait eu des penchants gothiques.

- $uicideboy$ - Black $uicide / Gray/Grey , $crim et Oddy Nuff passent, non sans humour, le neo-classicisme sudiste, tendance Memphis gothic, à la moulinette "based". Pas très loin de BONES.

- ZMoney - Green Dot , le retour de ZMoney au grand jour après quelques temps loin du soleil et des consoles d’enregistrements.

- Johnny Cinco - I Swear , de la nouvelle trap music tripy et bien mollassonne comme on l’aime.

- Chief Keef - Sorry 4 The Weight , Keef s’excuse de peser autant, et quand il n’est pas en train de jouer avec son drone et des fumigènes au bord de sa piscine, il continue d’enregistrer des morceaux bizarroïdes dans son studio.

- TM88 - Sacii Lyfe , l’ancien membre de la team de producteur 808 Mafia, a pris sa liberté et, accompagné de Ethan Sacii et de sa clique, en a profité pour jeter des champignons en feu sur le dancefloor.

- Kendrick Lamar - To Pimp A Butterfly , n’étant personnellement pas très sensible aux talents de rappeur de ce dernier, ne rechignons pas sur les instrumentations exceptionnelles de cet album mêlant rap, soul, funk et jazz (voir free jazz) sans qu’à aucun moment cela ne sonne artificiel. Ainsi qu’une des plus belles pochettes de l’année.

- Jazz Cartier - Marauding In Paradise , soit un nouveau visage pour le rap de Toronto. Jazz reprends pas mal de ficelles entendues ici ou là, mais il le fait bien. Quelque-part entre la pop de Drake et la nouvelle trap d’Atlanta.

- Gucci Mane - King Gucci / Trap House 5 / Trapology , soit pas moins de 3 projets sortis depuis janvier pour le roi d’Atlanta.