Accéder directement au contenu

Johnny Dowd : No Regrets

Pandabold, le jeudi Mai 2012

Consacrer un album complet aux femmes que l’on a fréquentées peut, de prime abord, paraître quelque peu prétentieux. Surtout lorsqu’un rapide auto-bilan permettrait à beaucoup de ne pouvoir envisager, à la rigueur, qu’un simple deux-titres. Or, nous avons affaire ici à Johnny Dowd, et rien ne saurait être si simpliste.

Car No Regrets n’a rien d’un tableau de chasse. C’est un hommage d’amour, composé de 13 chansons dédiées à 15 femmes que le sexagénaire, originaire du Texas et basé aujourd’hui à Ithaca, a connues, imaginées ou vues à la télévision. Et lorsqu’on sait l’humour dont le bonhomme est capable, on ne peut qu’y plonger tête baissée. À l’image de Betty, où Johnny Dowd tente de récupérer sa veste de football auprès d’un amour de lycée. Et tout commence plutôt mal : “devine qui c’est… non… non… c’est Johnny… Johnny Dowd”. Puis l’échange continue, ponctué de “non, Betty, s’il-te-plait, ne raccroche pas”. Johnny tente même d’être arrangeant “je sais où tu habites, je peux passer la prendre si tu veux” avant de devenir vraiment flippant “je sais où tu habites… et je sais où tes enfants vont à l’école… et je sais où ton mari travaille”. Johnny, un ex qui vous veut du bien.

No Regrets renferme donc 13 histoires, 13 nouvelles dansantes et mécaniques, joyeusement bancales, regroupées à la manière d’un Short Cut de Robert Altman, qui évoquent parfois un duo improbable entre John Fante et The Residents. Après le blues aux bottes pleines de sable de Wake up the Snake (2010, Munich Records), et l’axe plus expérimental du non moins fameux More or Less (2010, Zlaxyi Records), Johnny Dowd prouve une fois encore avec No Regrets (2012, Mother Jinx Records) que son univers, toujours emprunt d’une poésie de l’ordinaire, ne peux se définir qu’en le vivant.

À noter enfin que sur la pochette, nous trouvons les dessins du néerlandais Rik Van Iersel, membre du collectif Beukorkest, dont il parait plus qu’indispensable de découvrir l’excellent travail, si ce n’est déjà fait.

No Regrets (2012) de Johnny Dowd, sorti sur le label Mother Jinx Records. Site : www.johnnydowd.com. Vidéo : Louk Voncken.